Août 2014
Newsletter, inscrivez vous :
Si l’on passait l’année entière en vacances, s’amuser serait aussi épuisant que travailler.
Shakespeare


Angleterre : le repli insulaire

Nous continuons notre tour d’horizon de l’austérité européenne à laquelle le Royaume Uni n’échappe pas, malgré ses prises de distance par rapport à l’Europe. Un témoignage du correspondant du CJD à Londres.

En Angleterre, le plan d’austérité est relativement important et touche l'ensemble des postes budgétaires de l'État et de façon significative (baisse du nombre de fonctionnaire, coupe dans l'éducation, etc ... comme chez nous). La dette publique du Royaume Uni étant très lourde (91 % du PIB, soit plus élevée que la nôtre mais les sujets de sa Majesté n'aiment pas qu’on les compare aux autres) et l'économie étant basée sur le service et sur la finance, les marges de manœuvre ne sont pas larges.

La population réagit calmement. Malgré les manifestations, mais rien à voir nos traditionnelles manifs, le peuple Anglais accepte beaucoup, sans trop broncher. C'est le flegme britannique, impressionnant.

Le malheur, c'est l'acharnement du gouvernement (conservateur) à mettre toute la faute sur l'Europe. Celui-ci à tendance à oublier un peu vite que son premier client, c'est nous, les Européens.
En ces temps de crise, où la City est observée de près, car ça va bouger bientôt, l'Anglais est frappé de protectionnisme aigu, même madame Thatcher revient à la mode... c'est dire.


Fabrice Beillevaire

Fabrice Beillevaire

Fabrice Beillevaire
Le 6-02-2012
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz