Novembre 2014
Ce que l'individu perçoit comme une liberté n'est rien de plus qu'une nécessité du point de vue collectif.
Heinz Pagels


Nous les petits, les sans grade…

Le blog d'Isabelle Kessedjian
Parce qu’internet met directement en relation potentielle chacun d’entre nous avec tous les autres habitants de la planète, il est devenu le moyen de communication le plus puissant permettant à un individu sans moyen de se faire connaître des autres.

YIN : une histoire de blogs

C’est l’histoire d’une bande de copains tous passionnés par « Le voyage en Utopie » de Thomas More, qui se demande comment entamer une réflexion commune avec les internautes autour des idées majeures véhiculées par le concept d’utopie : l’État, la religion, l’argent, etc. En 2005, ils créent leur blog :http://collectif12singes.overblog.com et6 ans plus tard, la visibilité et la notoriété apportées par cette vitrine virtuelle leur ont permis de se lancer dans l’aventure périlleuse de l’édition sur un sujet aussi spécifique. Se constituant au fil du temps un fichier de lecteurs potentiel, ils ont pu éditer quatre ouvrages et l’aventure se poursuit à travers l’organisation de salons du livre virtuels.

Isabelle Kessedjian, de son côté, professeur d’art plastique et auto-entrepreneuse, a créé un blog pour lequel elle reçoit, trois ans plus tard, plus de 1000 visites par jour (!) La montée en puissance de son mini-site a déclenché un incroyable effet boule de neige : commandes en nombre, vente de livres, plein d’élèves effectué en quelques jours. « Pourtant, je n’accepte aucune publicité et n’ai jamais acheté aucun référencement » témoigne-t-elle. Elle s’est contentée de prendre place au sein de l’immense galaxie de points d’expression individuels proposé par le web. Son talent, sa passion et son professionnalisme ont fait le reste.

« Le principe de la bonne vieille chaîne »

Il existe de nos jours plusieurs dizaines de millions de blogs personnels rien que dans notre pays (NB : 70 % du contenu du web est aujourd’hui généré par les « particuliers ») et les Français sont près de 35 millions à déclarer consulter au moins un blog par mois. Si quelques milliers seulement de personnes vivent financièrement de leur blog (l’affaire n’est pas là), des millions d’autres existentaux yeux du monde, partagent leur passion, contribuent, échangent, rassemblent et se font connaître grâce à ce porte-voix. En l’espace de quelques mois, un inconnu total peut, à l’image du facétieuxRémy Gaillard, devenir une star aux yeux de dizaines de millions d’internautes…

Viral, le mode de diffusion (par contagion) en cours sur le net repose sur le vieux principe de la chaîne, de cette tontine où chaque destinataire est non seulement cible, mais également relais permettant au lien de poursuivre sa route au gré d’une trajectoire non pas linéaire, mais démultipliée et déployant ses bras de manière souvent exponentielle.

Sur internet davantage encore que dans la vie réelle, qui se ressemble s’assemble et c’est par affinité qu’entre listes de diffusion personnelles et réseaux sociaux (« share », « J’aime », etc.) les vagues se propagent. N’ayant pris la place des blogs que pour ceux qui y expriment un contenu superficiel lié à la vie quotidienne, les réseaux sociaux se montrent pour les blogueurs aguerris une excellente vitrine de ce qu’ils ont à proposer. Tout l’art du teasing consistant sur Facebook ou LinkedIn à en dire juste assez pour ferrer de nouveaux visiteurs et les faire basculer sur son blog. Pour plusieurs dizaines de milliers de personnes (notamment toutes les professions libérales), cet affichage virtuel est aujourd’hui devenu un outil indispensable pour faire connaître son existence, faire valoir ses atouts, se singulariser et émerger de la marée de la concurrence. Ce qui vaut pour l’individu valant pour la communauté, on a vu, récemment, aux États-Unis, le nombre de blogs d’entreprises passer de 1 à 4% en moins d’un an. Dont acte…

YANG : Internet & Utopie

L’utopie ici manifestée est celle d’une société idéale où chacun disposerait d’un droit à l’expression identique.

Et internet dans tout ça ?

C’est ici le processus de déploiement fractal (arborescence où chaque nouvelle personne/branche touche une série de personnes qui, elles-mêmes renvoient l’information vers une autre série de personnes) qui permet, dans le principe, à chaque individu de communiquer avec le plus grand nombre.

Prochaine utopie visitée : « L’Eldorado des marchés de niche »

Jérôme Bourgine, "Auteur de "1991-2011 : internet a 20 ans. Et maintenant ?" aux éditions du Puits Fleuri : www.puitsfleuri.com

Les chroniques d’Utopia par Jérôme Bourgine
Le 4-11-2011
Imprimer Twitter Facebook LinkedIn
Laisser un commentaire
E-mail :
Confirmation :
Pseudo :
Commentaires :
Code de sécurité :
Powered by Walabiz